Du local au cloud — Une étude de cas intéressante

Scott Rankin, directeur général du service technico-commercial chez Lifesize
Date : Mardi 6 février 2018

Bonjour à tous, bienvenue sur Lifesize Live!, l'émission Web en direct produite entièrement grâce à la plateforme Lifesize.

Je suis votre hôte, Julian Fields, et je suis aujourd'hui accompagné de Scott Rankin, directeur général des équipes technico-commerciales de Lifesize. Merci d'être ici, Scott.

Merci de m'avoir invité.

Très bien, vous êtes maintenant en ligne. Je me suis dit qu'il était temps de répondre à une question qui nous a été posée à plusieurs reprises. Les gens souhaitent savoir quelle configuration nous utilisons pour Lifesize Live! ; pourriez-vous nous dire quelle est la solution que nous avons conçue ici ?

Dans cette pièce, nous avons le Phone HD, un système Icon 600 en guise de codec, et bien sûr la caméra 10x, qui enregistre la vidéo. Le webinaire est diffusé en direct grâce à notre service d'enregistrement basé sur le cloud et à notre fonction de streaming en direct. Nous utilisons la même technologie qui transmet Netflix sur votre Apple TV. Nous la couplons à 54 points de présence répartis dans le monde entier pour permettre de diffuser cette vidéo en haute qualité avec une latence faible auprès de toutes les personnes qui nous ont rejoints aujourd'hui.

Très bien. J'imagine que la différence avec Netflix tient au fait que ces derniers ont la possibilité de charger leur diffusion en mémoire-tampon.

C'est vrai, Netflix a une plus grande marche de manœuvre car il s'agit d'un service de vidéos à la demande, tandis que nous diffusons en direct. Plus particulièrement, avec la visioconférence, il s'agit d'un dialogue. Il faut donc que le flux soit en faible latence et en temps réel, mais le mécanisme d'hébergement reste le même. Nous pouvons accueillir jusqu'à 10 000 spectateurs en simultané.

Merci pour l'explication ! En tant qu'utilisateur final de la solution, je peux vous dire que le processus est simple : j'entre dans cette pièce, je rejoins la salle de réunion virtuelle Lifesize Live!, j'appuie sur « Activer la diffusion » et c'est parti ! Cette simplicité est le fruit de votre travail, alors merci pour tout.

Je pense qu'il est important de préciser que vous n'avez pas passé les huit dernières années de votre vie en tant que commercial spécialisé en visioconférence, et qu'il s'agit tout de même d'une technologie très simple et accessible pour vous. Je crois que c'est l'élément clé de cette solution.

Nous disposons donc d'une petite solution autonome, quelque peu différente de notre sujet du jour, qui aborde la solution bien plus complexe que vous avez développée pour Yelp. L'objectif était de passer d'un système sur site à une solution sur le cloud. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur le point de départ de ce projet, et sur les outils qu'ils utilisaient sur place ?

Bien sûr. Au début de ma collaboration avec Yelp, l'entreprise disposait d'environ 60 terminaux Lifesize, de nos solutions de pontage sur site et de nos services pour appareils mobiles. À l'époque, cela s'apparentait à une grande réussite. L'entreprise disposait d'un grand nombre de salles connectées, ce qui représentait un énorme investissement ; leur capacité de pontage était également suffisante, au même titre que leur capacité mobile, qui s'élevait à environ 100 utilisateurs sur mobile et ordinateur.

On parle d'environ 100 utilisateurs, mais combien avaient-ils d'employés à l'époque ?

À ce jour, Yelp emploie environ 2 500 personnes.

Vous voulez dire qu'il y a quelques années, ils ont décidé de revoir leurs priorités et de réinvestir dans la visioconférence pour agrandir leur système. Que s'est-il passé alors ?

D'après ce que j'ai compris, l'objectif était double. Tout d'abord, il a fallu optimiser les différentes solutions sur une seule et même plateforme répondant à tous leurs besoins. L'autre objectif était de déployer une solution évolutive, redondante, qui soit hautement disponible et efficace, et s'étende à toutes les salles et à tous les employés. Pour faire simple, deux solutions s'offraient à eux pour y parvenir. L'une d'entre elles consistait à opter pour un appareil sur site.

Ce dont ils disposaient déjà.

Tout à fait ; mais ils pouvaient également envisager une solution de type logiciel en tant que service, ou SAAS. C'est pourquoi j'ai parlé d'une réussite en évoquant les 60 terminaux et le dispositif de pontage.

Pour un outil sur site, le déploiement était relativement conséquent ; s'éloigner de ce modèle présentait donc quelques défis. Pour parvenir à une infrastructure qui permette à toutes les salles de collaborer, il faut être prêt à investir une assez grosse somme.

Après ces dépenses, il faut encore gérer, entretenir et faire fonctionner un tel système ; son déploiement nécessite donc une gestion assez complexe. Nous avons tous vu ces diagrammes d'architecture de locaux : peu importe la solution, il y a des serveurs et des flèches partout. Avant, je faisais partie des personnes qui les élaboraient. Je suis conscient qu'il est possible de faire fonctionner un tel système, c'est même plutôt intéressant d'un point de vue technique pour l'ingénieur que je suis. En revanche, ce n'est certainement pas la solution la plus pratique pour l'utilisateur final, à la fois en termes de coûts et de gestion. Certaines entreprises se sont certainement plus développées que cela, mais on parle alors des leaders du Fortune 500, qui ont dépassé ce stade.

Chez Yelp, une équipe de quatre personnes s'occupe de ce système pour tous les établissements de l'entreprise. Il s'agit d'une tâche colossale pour un si petit nombre, et c'est pourquoi l'équipe s'est tournée vers le cloud. Bien évidemment, nous disposons des avantages d'une économie d'échelle : nous pouvons créer cette redondance à l'échelle mondiale.

Cela revenait à doubler sa capacité d'alors, n'est-ce pas ?

Techniquement, on pourrait même parler d'une multiplication par 20. Nous avons élaboré un réseau international adapté aux emplacements de leurs bureaux. Résultat : une capacité d'appels bidirectionnels avec 20 points de présence (ou POP) destinés à la visioconférence répartis sur l'ensemble du globe, et environ 600 ports haute définition par POP.

Du point de vue de l'architecture, nous leur avons proposé un service qui s'aligne parfaitement à leurs objectifs critiques et une solution rationalisée. Nous faisons office de fournisseur unique pour eux : nous concevons les systèmes implantés dans leurs salles de conférence, nous créons les applications installées sur leurs ordinateurs et leurs mobiles, puis nous élaborons et gérons le service qui relie tous ces éléments.

En plus de cela, nous offrons une assistance en cas de problème. Il s'agit donc d'une solution complète pour eux. Mais revenons un peu en arrière, au moment où Yelp avait deux options. L'entreprise a choisi le cloud — y a-t-il une raison particulière ayant motivé ce choix ?

L'idée d'avoir affaire à un fournisseur unique a pesé lourd dans la balance. En outre, ils disposaient déjà de terminaux, ce qui constituait une valeur supplémentaire, du moins au début du processus. Nous pouvions leur offrir une certaine marge en profitant des systèmes qu'ils possédaient déjà avant la transition vers la génération suivante de terminaux.

Qu'en est-il de la transition en elle-même ? Quelles ont été vos impressions en prenant part à ce changement ? L'entreprise disposait-elle d'employés sur le terrain ? Comment avons-nous déployé ce système ?

Le contraste était saisissant. À l'époque où le système était local, il y avait évidemment plusieurs personnes sur place, car il s'agissait d'une nécessité. Aujourd'hui, l'échelle joue un rôle clé et relativement complexe, d'où la nécessité d'un pôle de gestion, et c'est pourquoi nous allons au-delà de l'équipe d'assistance : nous disposons également d'une équipe responsable de la réussite, spécialisée dans le processus d'adoption des solutions, peu importe leur taille, à toutes les étapes de l'implémentation. Il y a donc eu du travail à faire, mais tout s'est passé sans heurts et le gros du travail était moins conséquent. Par exemple, si l'on considère leur volume d'appels mensuel au tout début, le chiffre s'élevait à 1 500 appels par mois. Mais l'entreprise a rapidement fait grimper ce chiffre à environ 5 000 appels par mois après le déploiement, pour atteindre 10 000 appels par mois à ce jour.

Cela correspond à environ 300 000 minutes d'appels par mois ; cette évolution est sans doute le résultat de l'équipe de réussite, qui a ouvert la voie à l'adoption du système par Yelp. Pour avoir été témoin de cette première hausse et du développement qui s'en est suivi, j'ai trouvé cela à la fois satisfaisant et grisant. Au début du projet, les quelque 100 utilisateurs de l'entreprise passaient très certainement moins de 300 000 minutes d'appels par mois. Cela se mesurait probablement à la virgule près. Après huit ans — quatre à me concentrer sur les solutions sur site, puis quatre à travailler sur les SAAS —, je peux dire avec certitude que l'aventure a été fantastique.

Le succès et le volume d'appels de nos clients, pour diverses raisons, n'auraient pas été possibles grâce à un système sur site. Il suffit de songer au coût de gestion d'une telle solution ; le SAAS, en revanche, est tout simplement prodigieux. En tant que technico-commercial, je vois de mes propres yeux comment les produits et services que Lifesize propose aident les entreprises à fonctionner et leurs employés à travailler jour après jour.

Nos solutions sont tout aussi importantes que l'était la téléphonie ou l'envoi d'e-mails à une certaine époque ; c'est formidable de pouvoir assister l'implantation de la culture vidéo. Je souhaiterais faire remarquer que l'entreprise dont nous parlons gérait des chiffres conséquents, ce qui signifie que son taux d'adoption était élevé. Or, pour en revenir au fait d'avoir 20 points de présence à travers le monde, vous pouvez adopter ce système quand vous le souhaitez, nous aurons toujours la capacité de nous adapter à votre entreprise. Si vous souhaitez parvenir à un volume d'appels de 300 000 minutes par mois, très bien, nous nous en chargeons. Si votre entreprise est plus petite, nous ferons le nécessaire. Notre souhait avant tout est d'être présents dans chaque salle de réunion, sur chaque ordinateur ; ainsi, plus vous ajoutez de personnes à votre solution de collaboration, peu importe la forme qu'elle prend, et plus vous en tirerez profit. Dans tous les cas, nous pouvons vous aider à l'implémenter.

À mon avis, c'est là que réside la morale de notre histoire : que l'on ait devant soi une petite solution, qui se résume à un terminal et un service sur le cloud, ou Yelp, qui possède 300 terminaux et génère un volume d'appels de 300 000 minutes par mois, Lifesize peut tout faire, et vous pouvez aider à concevoir la solution idéale.

Absolument. La seule chose que je pourrais ajouter concerne notre capacité à évoluer. Comme je l'ai mentionné, nous disposons de 20 POP : ainsi, où que vous vous trouviez, nous avons la présence nécessaire pour vous satisfaire. Chaque année, nous gérons plus d'un demi-milliard de minutes en termes d'appels. Nous pouvons donc gérer les entreprises de toutes tailles.

Besoin d'aide ?
Contactez l'un de nos représentants commerciaux locaux.