Lifesize Live! Généralisation de la com. vidéo : une attente de 22 ans

Craig Malloy, PDG, Lifesize
Date : Mardi 30 janvier 2018

La visioconférence représente aujourd'hui une fonction indispensable et généralisée pour toutes les entreprises. Craig Malloy, PDG et fondateur de Lifesize, revient sur une aventure de 22 ans et sur l'expérience gagnée en chemin.

Transcription de la vidéo

Bonjour à tous et bienvenue sur Lifesize Live!, l'émission en live sur le Web, produite entièrement grâce à la plateforme Lifesize. Je suis votre hôte, Julian Fields, et je suis accompagné du PDG et fondateur de Lifesize, Craig Malloy.

Nous disposons de 10 minutes à peine pour retracer 23 ans de communication vidéo, alors plantons le décor : nous sommes en 1994, Friends passe à la TV. Pendant ce temps, vous vous penchez sur un projet passionnant.

Oui c'était très intéressant. Quand Julian m'a demandé de résumer 23 ans de communication vidéo en 10 minutes, j'ai pensé qu'il s'agirait d'un excellent défi à relever... En fait, je vais diviser cette période en parlant des grands changements qui se sont produits dans le secteur : les événements et innovations qui ont permis à la visioconférence de devenir ce qu'elle est aujourd'hui.

Mon premier poste dans la communication date de 1994 : j'étais chef de produit chez VTEL, une entreprise basée ici, à Austin. Avec le recul, il s'agissait vraiment d'une période captivante, car l'entreprise était de petite taille et le marché de la communication vidéo faisait ses premiers pas. À ce moment-là, trois entreprises publiques — PictureTel, CLI et VTEL — travaillaient toutes sur les premières technologies de communication vidéo.

Est-ce qu'on peut parler du genre de communication vidéo que l'on voyait dans les dessins animés, comme Les Jetson ?

Pas vraiment. En réalité, c'était bien pire que cela. Dans Les Jetson, la technologie n'était pas si mauvaise. Dans notre cas, on parle de vidéos avec 1/10e de la résolution des émissions de télévision de l'époque. La qualité était horrible, la fréquence d'image ridiculement basse, et le système coûtait 50 000 dollars. Contre toute attente, certaines personnes ont acheté ces systèmes. Quand on voit combien les gens sont prêts à dépenser pour une telle technologie, on peut vraiment s'imaginer combien elle est précieuse.

J'ai donc été chef de produit chez VTEL pendant quelques années... Avant tout, voilà une anecdote amusante : l'interface utilisateur de ces systèmes était une invite de commande, elle commençait avec le « C:\_ ». Il fallait littéralement écrire du code pour passer un appel en visioconférence. Je me suis rendu compte que cette interface ne serait pas adoptée à l'unanimité avec un tel fonctionnement, mais je voyais tout à fait les avancées technologiques qu'elle impliquait, et je voulais y participer. C'est pourquoi, quelques collègues et moi avons quitté VTEL pour monter notre propre entreprise, ViaVideo.

L'innovation que nous souhaitions développer était un petit décodeur externe au coût modéré, doté d'une interface utilisateur graphique. Notre objectif consistait à améliorer la qualité des systèmes à 50 000 $ ; ce fut chose faite. Les nouveaux systèmes étaient plus faciles à installer, beaucoup plus faciles à utiliser et bien moins chers (leur prix commençait à 6 000 $). Il suffisait de poser le décodeur sur un téléviseur (à cette époque, on posait encore un terminal sur son poste de télévision).

Nous avons donc créé cette entreprise en 1996. Autre anecdote amusante : cette fois-ci, nous nous sommes inspirés de la Nintendo 64 pour l'interface graphique.  Je venais d'offrir cette console à mon fils pour Noël, et nous cherchions un modèle pour l'interface utilisateur du système. C'est ainsi que la Nintendo 64 a été notre source d'inspiration. Ensuite est arrivée l'époque du décodeur grand public et bon marché. La qualité n'était pas encore au rendez-vous, mais les appareils étaient moins chers et plus simples à installer et utiliser. Grâce à cela, le marché a connu une forte croissance.

C'est à peu près à cette époque, alors que nous lancions le produit, que ViaVideo a été acquise par Polycom. Cette dernière a placé notre système dans son canal de distribution pour les téléphones mains libres, et le succès a été total.

Pendant les quelques années où j'ai dirigé le pôle vidéo de Polycom, nous avons amené des milliers de nouveaux clients sur le marché. Avec la croissance sont venus de nouveaux concurrents, ce qui est inévitable dans le secteur de la technologie.

De 1999 à 2003 environ, la visioconférence en haute définition a commencé à faire parler d'elle. Avec le cofondateur de ViaVideo, nous avons alors pensé : « Et si nous créions un système de communication vidéo en HD ? Ce serait génial. » Nous pensions que les gens seraient plus enclins à l'utiliser si la qualité était au rendez-vous. Nous avons donc quitté Polycom pour fonder Lifesize peu de temps après, en 2003.

Ensuite est arrivée la nouvelle révolution du marché de la visioconférence : la communication vidéo en haute définition sur Internet. Avant cela, nous utilisions ce que l'on appelle des lignes RNIS, ce dont la plupart des gens n'ont jamais entendu parler. Elles ont quasiment disparu aujourd'hui. Or, avec la venue des réseaux IP à large bande passante dans les entreprises et l'amélioration des technologies liées à Internet, technologie et innovation étaient désormais sur un pied d'égalité.

À ce moment-là, la qualité était meilleure que celle des programmes télévisés dans les foyers. Nous étions les leaders en matière de contenu HD. L'entreprise s'est développée à grande vitesse et a attiré un tout nouveau groupe de consommateurs. Puis notre entreprise, Lifesize 1.0, a été rachetée en 2009 par Logitech. C'était une belle conclusion pour cette aventure.

J'ai quitté le secteur de la visioconférence quelques années plus tard. Je n'avais pas envie de travailler pour une grande entreprise, j'ai toujours été entrepreneur dans l'âme. C'est alors qu'un événement majeur s'est produit : une innovation technologique est arrivée. Il s'agissait du transfert dans le cloud des communications en temps réel.

Salesforce a alors lancé la tendance du « zéro matériel, tout est sur le cloud », qui a connu un grand succès car s'il existait un délai dans le système de gestion de la relation client, peu importait. Peu de temps après, la technologie a permis de lancer des appels avec vidéo et voix en temps réel. L'issue était alors inévitable. Les infrastructures sur site étaient vouées à une mort certaine. Cela revenait à fabriquer des téléphones à clapet au moment de la sortie de l'iPhone.

Le mécanisme d'exécution de communication vidéo dans le cloud était hautement compliqué, mais il disposait d'un potentiel considérable pour la résolution de nombreux problèmes pour les entreprises. Je suis donc retourné chez Lifesize en tant que PDG.

Les quelques années qui ont suivi étaient très difficiles, car il a fallu réinventer tous les aspects de l'entreprise, de la technologie à la mise sur le marché. Ce fut une véritable métamorphose. Nous avons fini pas racheter l'entreprise à Logitech, et ce fut un vrai plaisir d'être à nouveau indépendants.

Regardez où nous en sommes aujourd'hui : nous offrons un modèle de service dans le cloud avec des appareils connectés. Avec ses applications pour ordinateur et mobile, notre entreprise représente l'Internet des objets et fournit sans effort une évolutivité et une capacité de déploiement optimales à tous ses clients. Après 23 ans, la visioconférence est enfin accessible à tous.

Quand je repense à toutes ces années, je me souviens que je disais « C'est pour l'année prochaine », mais le changement n'est pas venu avec l'invite de commandes, ni même avec ViaVideo ou Lifesize 1.0. Paradoxalement, c'est l'usage domestique des communications vidéo qui a permis de diffuser cette technologie, grâce à des outils comme Skype ou FaceTime.

Les gens utilisent tellement ces technologies dans un cadre privé qu'à partir du moment où ces mêmes consommateurs se retrouvent au travail, ils s'attendent au même service. Et surtout, ils veulent que cela fonctionne. Voilà où nous en sommes aujourd'hui : nous disposons d'une expérience utilisateur basée sur le consommateur, mais construite à l'échelle de l'entreprise, avec à l'esprit la sécurité et la fiabilité des communications vidéo dans le cadre professionnel.

De ce que j'ai pu voir, les clients qui adoptent notre solution pour chaque employé et chaque salle de conférence connaissent une métamorphose radicale de leur entreprise. Cela permet d'améliorer l'engagement des employés et les relations de travail. C'est un processus très plaisant à observer, et nous avons hâte de voir ce que l'avenir nous réserve.

Besoin d'aide ?
Contactez l'un de nos représentants commerciaux locaux.